Redécouvrir ses (petites?) pulsions alimentaires…

Voici l’histoire classique d’une pulsion alimentaire…

… sauf qu’elle prend une tournure inattendue !

Vendredi soir, je me suis disputée avec mon conjoint.

 

Enfin pas exactement.

 

Je lui parlais et lui ne m’écoutais pas. Il était plus intéressé par sa tablette que par ce que j’avais à lui dire et me répondait par un vague oui oui de temps en temps, qui signifiait bien qu’il ne savait pas de quoi je parlais.

 

Du coup ça m’a agacé. Je savais bien que de râler « tu pourrais m’écouter quand je te parle» ne servirait à rien, mais je l’ai fait quand même ça fait du bien !

 

Mais voilà ça n’a rien changé à part un mot de plus peut être « pardon » avant le sempiternel, oui oui ». Bref retour à la case départ.

 

Et là une irrésistible envie de biscuit, pour accompagner ma tisane, c’est de ça dont j’avais besoin…

 

Et puis je me suis dis, je vais les déguster lentement en pleine conscience, pour bien profiter de chaque bouchée, pour bien sentir ce goût sucré qui réconforte…

 

Et d’un coup, plus rien. Plus envie, le besoin, ou « soit disant » besoin de sucre avait disparu.

 

Comment me direz vous ?

 

Et bien pas par magie (quoi que …)

 

 

A ce moment là je me suis mise à bailler, et j’ai pensé « je suis fatiguée », c’était très clairement ce que me disait mon corps. Et d’un coup tout est devenu clair, sans rien faire, je n’avais pas faim.
J’avais suffisamment mangé une heure avant. Ma fille était couchée. Je voulais me détendre un peu devant la télé, boire une tisane bien chaude (car oui j’ai tout le temps froid !) et discuter. Mais ça c’était moi, lui il n’avait visiblement pas du tout envie de parler mais de jouer sur sa tablette. Et mon besoin d’écoute dans tout ça (tu peux te brosser Camille) …

 

Alors ne pouvant pas influer sur lui, j’ai décidé de m’occuper de moi, j’avais visiblement besoin de dormir, donc j’ai décidé de me coucher plus tôt, et hop au lit à 21H30. Pourquoi m’imposerais je de rester sur le canapé pour profiter d’un moment avec une… tablette. Autant me reposer. Et si je n’avais pas été fatiguée peut être que je ne me serais pas agacée qui sait (peut être que si !)

 

Du coup j’ai pu profiter d’une bonne nuit de sommeil réparatrice, et sans avoir eu besoin de sucre puisque l’envie s’était évanouie.

 

Ca c’est l’une de mes situations à risque, et vous vous en avez ?

 

Des petits moments où pour se libérer de ses soucis, de sa fatigue, de son stress, même si l’on sait qu’il faudrait lâcher prise et respirer un bon coup, on trouve dans la nourriture un moyen d’y échapper quelques minutes. Un biscuit, une tablette de chocolat, un paquet de chips, de la charcuterie, ou même un verre de vin.
Mais ça revient, le répit n’aura été que de courte durée, et risque de laisser place à la culpabilité. Alors on se dit.
« Non, je ne dois pas craquer, je dois essayer de penser à autre chose »
Vous avez déjà remarquer ce qui ce passe lorsque vous interdisez à vos enfants de faire quelque chose, ils ont immédiatement envie de le faire (c’est d’ailleurs un bon moyen pour leur faire découvrir une nouvelle activité !!)
Bon, parfois ça marche, un peu, un jour, une semaine … et puis l’envie devient trop forte et on craque.
Alors pourquoi résister, autant craquer directement. Oui, mais autant en profiter un maximum et craquer en pleine conscience. Dans ce cas là, si vous le décidez, faites vous plaisir et assumez pleinement.

 

C’est l’une des clés pour se libérer de l’addiction. Mais cela ne suffira pas, car même en assumant pleinement, vous ne vous sentirez pas forcément mieux. Il vous faudra aussi écouter vos besoins, et retrouver votre équilibre, c’est grâce à cela que tout se mettra en place « tout seul ».

 

Si vous souhaitez vous libérer de votre dépendance alimentaire, Je vous propose de vous accompagner dans ce parcours à travers un programme audio en ligne :

 

 

Je vous souhaite de vous donner cette magnifique liberté et de retrouver le plaisir de manger !

 

PS: Camille propose aussi un accompagnement personnalisé à la nutrition disponible en cliquant ici

A propos de l'auteur

Commentaires

  1. Camille Karceles Auteur du sujet

    Merci Romuald pour ton partage. Je pense qu’à l’âge adulte il nous arrive à tous de prendre certains aliments pour des doudous. Certainement le sujet de mon prochain article !!!
    (Pour info moi j’en ai un, un grand plaid tout doux pour la nuit, et comme les grands enfants il reste sur mon lit la journée … quand même)

    1. Romuald LESAGE

      J’ai pas de doudou moi. Voilà pourquoi je saute sur la bouffe ! Bon ok je manque 3 fois plus de fruits que la normale mais c’est pas forcement mieux… la pulsion est là !

      Ps: en écrivant je mange des noisettes lol !!

  2. Romuald LESAGE

    Bonjour Camille, je voulais témoigner de mes petites pulsions sucrées…
    A chaque fois que j’allais voir mon thérapeute, je me prenais tellement de charges émotionnelles qu’en sortant je courais chez le boulanger (et pâtissier…).

    Bref ^^

    Ma fille est réclame sous doudou quand elle est contrariée… Il me faudrait peut être un doudou ^^

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@

Pas d’activité récente
19 Partages
Partagez12
Partagez
Enregistrer7
Tweetez