Les aliments sucrés, doudous d’adultes !

 

Quel est le rôle d’un doudou ?

 

Dans sa définition première, établit dans les années 50 par Donald Winnicott, pédiatre-psychiatre-psychanalyste britannique, le doudou est un objet de transition, qui permet à un enfant de faire « le pont » entre sa relation avec sa maman (et le lait qui sort de son sein) et le monde extérieur.

 

C’est un objet qui permet à l’enfant de se rassurer, et certains psychologues conseillent de ne pas le laver car l’odeur est aussi importante que l’objet (personnellement ne pouvant concevoir de ne pas le laver j’en avais plusieurs, et je dormais une nuit avec le doudou de ma fille avant de lui changer).

 

A quel âge l’enfant se sépare t il de son doudou ?

 

Si le doudou a bien été utilisé comme un objet de transition, et uniquement comme tel, l’enfant n’aura pas de difficulté à s’en défaire. En règle générale il commence à s’en éloigner vers 2-3 ans et il disparaît vers ses 6 ans lorsqu’il a suffisamment confiance en lui.

 

Seulement parfois le doudou a été investi d’un autre rôle, celui d’un objet fétiche.

Selon le Larousse il s’agit « d’un objet culturel auquel est attribué des propriétés surnaturelles bénéfiques pour son possesseur »

 

Il arrive souvent que l’on donne le doudou à un enfant dès qu’il commence à être triste, à pleurer, à montrer des signes de fatigue, sans forcément chercher dans un premier temps à le comprendre et à le rassurer. L’enfant n’apprend pas à faire la différence entre les émotions qui le font pleurer, et l’objet finit par remplacer le réconfort de l’adulte. L’enfant en devient donc rapidement dépendant et il aura du mal à s’en détacher en grandissant. Seulement voilà il n’osera pas le garder, surtout s’il s’agit d’un petit lapin ou d’un ours, par peur d’être jugé par les autres et finira par le remplacer par autre chose.

 

 

Un doudou à l’âge adulte ?

 

Regardons autour de nous. Tablette de chocolat, smartphone, tee shirt avec l’odeur du conjoint absent, couverture douce… le doudou est remplacé par un objet rassurant, familier, qui permet de se consoler quand on est triste, fatigué, qu’on a peur ou qu’on a besoin d’une présence réconfortante.

 

Notre besoin d’être rassuré, de ressentir ce sentiment d’amour et de sécurité auquel notre maman répondait lorsque nous étions bébé s’est il évanoui l’année de nos 6 ans ? Pas le mien en tout cas, je n’avais certainement pas encore suffisamment confiance en moi, et à l’âge adulte j’y travaille encore.

crise de boulémie

 

Pourquoi le sucre ?

 

Dès la naissance, la nourriture est une expression de l’amour maternel. Une maman nourrit son enfant avec amour et avec de l’amour. Et le premier aliment dont nous sommes nourrit est le lait maternel qui est sucré, ou le biberon. En grandissant le sucre devient synonyme de plaisir (partagé ensemble lors d’événement), de réconfort, de récompense.

 

N’avez vous jamais entendu :

 

  • « le soir je lui donne son biberon dans son lit, il n’y a que comme cela qu’il arrive à s’endormir seul »
  • « après son vaccin il aura droit à un bonbon pour le féliciter de son courage »
  • « dès que je tombais ou que je me faisais mal on m’offrais une glace pour aller mieux »
  • « le seul moment que je partageais avec mes parents c’étais le repas »
  • « si j’étais sage au magasin on m’offrait un gâteau à la boulangerie »
  • « quand je faisait une bêtise, j’étais privé de dessert »

 

Un enfant est impuissant, il dépend des autre, c’est pourquoi au fond de nous, dans notre inconscient être dépendant est une situation connue, voire rassurante, alors qu’être dépendant de soi (indépendant) c’est l’inconnu, la peur.

 

Voilà comment le sucre peut devenir un doudou d’adulte, ou plus exactement un objet fétiche d’adulte, car on lui confère des pouvoirs magiques, ceux d’anesthésier nos émotions, pour éviter son ressenti.

 

Si vous avez tendance à manger du sucre (ou tout autre aliment) pour vous rassurer et que vous pensez ne pas pouvoir faire autrement. Si vous souhaitez retrouver votre indépendance alimentaire, je vous propose de vous accompagner dans ce parcours à travers un programme audio en ligne :

 

https://ensembleversunmondemeilleur.com/ck-sortir-de-la-dependance-alimentaire/

 

Aujourd’hui je me suis fixée comme but d’aider toute personne, prête à s’impliquer dans une démarche de transformation, à retrouver son mode d’emploi.

 

Car la seule personne qui sait ce qu’il y a de mieux pour vous c’est vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@

Pas d’activité récente
3 Partages
Partagez
Partagez
Enregistrer3
Tweetez