La neurodiversité, qu’est ce que c’est

Sais-tu ce qu’est la neurodiversité ?

 

Et si je te disais que oui, mais pas sous ce terme-là.

 

Autisme, asperger, TDHA (hyperactif), Dys(DYSlexis, dyspraxie), TSA trouble du spectre autistique, haut potentiel (surdoué), multi-potentiels, zèbres, etc… Tu as surement déjà entendu ces termes.

 

Encore considéré comme des handicaps, ces termes reflètent cette neurodiversité.

 

 

La neurodiversité, qu’est-ce-que sait ?

 

Le terme neurodiversité est composé de 2 mots : neuro (associé aux neurones) et diversité

 

 

Selon le Larousse :

   – un neurone est une cellule de base du tissu nerveux, capable de recevoir, d’analyser et de produire des informations.

   – La diversité est le caractère de ce qui est divers, varié, différent ;

 

 

La neurodiversité est donc la variété, la diversité neuronale  à capter, analyser et produire l’information. Ce qui implique donc que tous les êtres humains n’ont pas la même façon de recevoir, capter et analyser l’information.

 

 

En 1938, le Dr Hans Asperger émettait déjà en lumière avec le « syndrome d’asperger » un fonctionnement différent.

 

Grace aux imageries médicales et aux neurosciences, nous savons aujourd’hui qu’il n’existe pas un seul et unique fonctionnement cérébral, mais plusieurs, sous lesquels on regroupe certains « critères» de traitement et de production de l’information. Chacun ayant des besoins, un mode d’action et d’apprentissages spécifiques.

 

Cependant, avant toutes ces avancées médicales, la société a créé une norme basée un système de fonctionnement cérébral majoritaire. On l’a appelé neurotypique.  Elle a créée un système d’apprentissage et un rythme de travail basé sur « cette norme ».

 

Toutes les autres manières ont été ensuite appelé neuroatypique et considéré comme des handicaps. Les personnes traitant l’information autrement ont dû s’adapter et s’ils n’y arrivaient pas, ont été rejeté du système.

 

Pourtant il s’agit juste d’un fonctionnement cérébral différent avec des besoins bien spécifiques que la société ne satisfait pas.

 

Le problème aujourd’hui est que la société est adaptée à un seul type de fonctionnement.

 

Que ce soit l’éducation le monde de l’entreprise,  il est souvent proposé une seule manière de traiter et analyser l’information, que ne correspond pas à tout le monde, ce qui met en difficulté certains enfants, adolescents voir adultes. Grâce à aux avancées médicales, on met maintenant des mots sur ces fonctionnements mais ils sont encore considérés comme des handicaps alors que, simplement, la société n’est pas adaptée aux fonctionnements cérébraux de ces personnes. On sait également que, dans cette « neurotypie cérébral », il existe également de nombreux fonctionnements de traitement de l’information.

 

Pourquoi les enfants, personnes appelé autiste, asperge, multidys, haut potentiel, TDHA n’aurait pas à leur disposition un système d’apprentissage et de travail répondant à leur besoin et leur permettant de s’épanouir ?

 

Pourquoi ces personnes ayant des types de fonctionnement variés ne pourraient pas eux aussi s’implanter dans le système en étant juste eux-même ?

 

Le changement s’effectue d’abord par une information et une compréhension du fonctionnement. A nous de poser un autre regard sur ce que nous considérons comme es handicap et de voir plutôt la richesse de chacun et la richesse de l’être humain.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

@

Pas d’activité récente
31 Partages
Partagez28
Partagez
Enregistrer3
Tweetez